Les plantes anti-inflammatoires veillent sur votre santé

Cet été, bougez, courez, dansez, chantez… Après plusieurs semaines de confinement, nous serons nombreux à développer à l’extérieur des activités avec des amis ou la famille. Les reprises d'activités physiques, le bricolage seront donc au programme. Mais, sur un corps fatigué, notre immunité reste fragile.

 

Dans un contexte infectieux et viral, il est préférable de ne pas utiliser des médicaments classiques (ibuprofène, aspirine...) en automédication, ce qui pourrait baisser nos défenses naturelles et favoriser le développement de maladies opportunistes. En outre, les risques de blessures ou de réactions inflammatoires sont plus fréquents. En l'absence d'un avis médical, les plantes nous apportent une alternative de premier choix pour résoudre l'équation !

 

Les inflammations de l'appareil locomoteur (articulations et muscles)

Le curcuma, le bosweillia, l'harpagophytum, le cassis sont les plantes royales pour venir à bout d'une sciatique, d'un lumbago, d'une arthrite ou d'une tendinite. Utilisées seules ou en association, elles pourront être prises en tisane ou sous forme de gélules d'extrait. Votre pharmacien vous indiquera la posologie pour une cure de 10 à 15 jours, à renouveler si besoin (cartimotil labo Pilèje ou arthrolistica labo Holistica).

Sachez que l'harpagophytum développe également des propriétés décontractantes, toujours utiles quand le manque de souplesse est présent. Pour compléter et annihiler l'intensité des douleurs, pensez à la reine des prés, au saule blanc, pour leurs richesses en dérivés salicylés, comparables aux effets de l'aspirine sans en avoir les inconvénients.

 

L'appareil digestif n'est pas indemne des œsophagites, gastrites, colites...

Là encore, le curcuma sera à privilégier. À 600 mg d'extrait sec/jour, la curcumine apportera le soulagement nécessaire pour l'ensemble des organes digestifs. Par ailleurs, il constitue un excellent régulateur du métabolisme intestinal et hépatique, tout en apportant ses propriétés antioxydantes. Son association avec la mélisse en tisane, salvatrice après les repas, calmera les spasmes douloureux et inconfortables. N'oublions pas la guimauve et la mauve pour leurs actions émollientes, réparatrices des muqueuses et laxatives douces. De la même façon, un hochet de racine de guimauve sera le bienvenu chez l'enfant pour calmer une poussée dentaire et diminuer l'inflammation des gencives !

Quant aux estomacs soufrant d'aigreurs et d'irritations, une tisane de racine de réglisse sera épatante pour réduire l'hyperacidité, diminuer les irritations et prévenir les ulcérations dues à Helicobacter pilori.

Dans tous les cas, associer à vos traitement une cuillérée à soupe de gel d'aloe vera après chaque repas, afin de réparer et cicatriser les parois de vos muqueuses digestives !

 

Problèmes cutanés et inflammations buccales

Le même gel d'aloe vera en usage externe fera les mêmes prodiges pour cicatriser et hydrater votre peau, que ce soit en après soleil, ou à la suite d’une brûlure.

Adjoignez-lui les huiles essentielles adaptées aux lésions que vous voudrez traiter, le gel sera un excellent support (demandez conseil à votre pharmacien). Mais les deux plantes maîtresses de la peau à retenir sont la bardane, pour son action

anti-inflammatoire et anti-acnéique, et la pensée sauvage, pour son action détoxifiante dans les eczémas et psoriasis. Dans cette dernière indication, la scrofulaire noueuse en EPS (extrait de plantes fraîches standardisées) fait des miracles pour diminuer les poussées (5 ml deux à trois fois par jour dans un peu d'eau sur une période de trois semaines).

Elle sera associée par voie interne à l'aloe vera, mais en jus cette fois, pour renforcer le terrain immunitaire.

Quant aux inflammations de la bouche, elles seront soulagées par la guimauve, la mauve, ou les boutons de rose. Préparées en infusion, ces plantes pourront être utilisées en bain de bouche ou en gargarisme. L'utilisation du sureau, sous forme de gélules d'extrait sec ou d'EPS, appuiera l'action anti-inflammatoire.

Pour les extinctions de voix ou les laryngites, apportez les bienfaits souverains de l'érysimum (sirop des chantres Labo Pranarom).

La nature ne manque pas d'imagination pour nous apporter des solutions faciles à mettre en œuvre, renforçant notre système immunitaire tout en préservant le métabolisme de notre organisme. Bien sûr, ne jouez pas les apprentis sorciers pour autant, en imaginant des « recettes fantasques ». Seul votre pharmacien vous indiquera les doses adaptées à chaque situation, la fréquence et les effets éventuels sur vos traitements habituels. Et souvenez-vous, les plantes sont des alliées pour toute la famille.

 

                       Christian Rodicq Docteur en Pharmacie

                                Phytothérapeute